Bruche Piémont Rail maintien le contact

Chers Adhérents et Sympathisants, 

 
Cette année qui tire lentement vers sa fin ne fut pas bien simple pour les associations en général, et pour Bruche Piémont Rail en particulier.
 
Nous avions un gros sujet à débattre,  à savoir,  l'ouverture à la concurrence de nos lignes Strasbourg-Molsheim-Saales-Saint-Dié-des-Vosges et Strasbourg-Molsheim-Selestat, tant en ferrée qu'en routier. 
Nous avions envisagé de consacrer l'essentiel du débat de notre AG (initialement prévue pour le 24 avril et annulée pour cause de Covid19) à ce projet.
Quelle est la position de BPR eu égard à cette démarche ? Nous avons fait savoir aux autorités,  dès que cette idée a commencé à circuler, que nous n'y étions pas favorable, mais alors pas favorable du tout.
Notre argument s'articule sur deux aspects: 
d'une part, si au début des années 90, les cheminots ne s'étaient pas mobilisés comme ils l'ont fait et alerté les élus et les populations, ces lignes étaient vouées à disparaître et auraient disparues et nous ne parlerions plus de ce projet. Le terminus serait Molsheim aujourd'hui, au mieux. Des nouveaux entrants auront-ils la même vision, la même conscience  et la même énergie pour s'opposer à une nouvelle tentative de démembrement?
Ensuite,  il n'y a pour l'instant de précédent d'ouverture à la concurrence de tronçon de ligne qui ait prouvé sa supériorité versus notre service actuel: qualité de service, prix du service et enthousiasme des collaborateurs. Faut-il que nous soyons les cobayes avec un retour hypothétique ?
Bien entendu, malgré le niveau de service actuel, nous avons de nombreux griefs envers la SNCF et le service qu'elle nous délivre  Des soucis de qualité de service. Des conditions économiques qui devraient être meilleures,  des horaires de service plus étendus. Nous nous accrochons régulièrement avec nos interlocuteurs de la SNCF et de la Région sur ces aspects.
Mais maintenant que la décision est prise par les autorités, à savoir la Région GrandEst, nous devons redoubler de vigilance pour (essayer d') être entendus. Et ce n'est pas gagné ! Surtout que l'ouverture à la concurrence du service de transport est élargie maintenant aux opérations d'amélioration et de maintenance des voies en aval de Molsheim.
Nous interpellons régulièrement les autorités pour qu'elles nous associent à l'établissement en cours des cahiers des charges pour les aspects liés aux services, sa qualité et son évolution. Les organes de suivis et les indicateurs correspondants nous préoccupent. Bien entendu, nous souhaitons rester en dehors des négociations sur les aspects financiers et juridiques. Chacun son focus. Sans succès jusque là. Mais nous ne désarmons pas et ne sommes pas résignés. 
 
Certes, ce satané Covid a perturbé notre engagement,... mais bien moins qu'il n'a désorganisé le service rendu par notre transporteur. Il revient au nominal, mais reste fragile.
 
Que ces éléments que nous vous partageons ne vous retiennent à régulariser votre cotisation pour 2020. Votre association utilise ces modestes moyens pour se faire entendre et défendre les usagers de nos lignes de l'Étoile de Molsheim.
 
Porter vous bien. Prenez soin de vous.
 
 
.

Ouverture à la concurrence _ TER/FLUO GrandEst

La majorité du Conseil Régional GrandEst, en tant qu’Autorité Organisatrice des Mobilités (AOM), a décidé d’ouvrir à la concurrence le marché du transport ferroviaire (avec son complément Car). Notre association Bruche Piémont Rail n’était pas favorable à cette opération mais en prend acte.

Les lignes Strasbourg-Molsheim-Saales-Saint-Dié-des-Vosges-Epinal, Strasbourg-Molsheim- Obernai-Barr-Sélestat, Sélestat-Ribeauvillé et Sélestat-Saint-Marie-aux-Mines-Saint-Dié-des-Vosges en car et Nancy-Vittel-Contrexéville sont les premières concernées.

La mise en œuvre est prévue pour fin 2021/début 2022. L’écriture du Cahier des Charges pour l’Appel d’Offre est en cours à la Région.

Il nous faut rester vigilant sur la suite de ce développement.

Quel objectif pour cette opération ?

Ce transport collectif est déficitaire (comme c’est le cas de la plupart d’entre-eux – la CTS à Strasbourg, la CTBR pour l’interurbain, .. ) . Le prix acquitté par le voyageur correspond à environ 25% du coût du service ferroviaire. La Région GrandEst assume le solde pour près de 800millions d’€ par an, grâce à la dotation versée par l’état aux régions et le budget régional.

De quoi est-il question ?

Pour essayer de réduire sa contribution au service de transport ferroviaire, la Région s’est engagée dans cette opération de mise en concurrence.  En ce moment, elle rédige le cahier des charges auquel des opérateurs intéressés devront répondre pour faire valoir leur ambition, leur savoir-faire et leurs conditions économiques.  L’enjeu est  d’emporter le morceau et gérer  l’exploitation de ces lignes, le fait d’y faire rouler des trains et d’assurer les services de cars attachés.

Les prix des services pour le consommateur devraient rester inchangés. Ils sont et restent de la compétence (exclusive) de la Région (AOM).

Les voies sont et restent dans le patrimoine national, gérées et maintenues sous l’autorité de la SNCF-Réseau.

Les matériels circulant resteront, comme aujourd’hui pour la plupart d’entre-eux, et surtout les plus neufs, propriété de la Région GrandEst qui les met à disposition des opérateurs.

Nos préoccupations ; nos points de vigilance :

L’offre de service doit rester à un bon niveau et doit même s’améliorer :

- La baisse de la contribution de la Région ne doit pas s’accompagner d’une baisse des dessertes et de la qualité de service

-  Les temps de voyages doivent être optimisés par une meilleure exploitation des lignes rénovées et des matériels récents

-  Les correspondances entre segments assurés par différents opérateurs seront-elles optimisées ? Et comment seront gérées ses correspondances en cas d’incidents et de retards ?

-  Quelle continuité pour les cartes  de réduction et les tarifs sociaux ?

-  Quel développement pour la distribution et vente de billets et services ?

-  Quelles seront la liberté et la dynamique du nouvel opérateur pour adapter les horaires et les services ?

-  Qui gèrera les gares et arrêts : le nouvel exploitant ou SNCF Gares & Connexions ?

Quelques réflexions :

La plupart des organisations essayent de grandir pour amortir les couts fixes sur des volumes plus importants.

La gestion des moyens de secours, personnels et matériels, est bien plus aisée quand le « terrain de jeu » est d’une certaine dimension.

Dans notre cas, ces leviers d’optimisation ne sont pas réunis

Et l’idée de liaisons traversant la gare de Strasbourg (Molsheim <> Haguenau par exemple) n’est plus envisageable dans cette expérimentation.

A suivre.

André LOTT Président

 

Communiqué de presse Dec 2011

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4

Communiqué concernant les suppressions de trains de la période Noel - Nouvel An

Bruche Piémont Rail, association des usagers des transports ferroviaires des lignes de la Bruche et du Piémont, déplore que les élus du Conseil Régional d'Alsace ont à nouveau décidé, d'alléger le service TER entre Noel et Nouvel An.

La SNCF va mettre en place la grille horaire applicable en période de grève, avec cette année, des suppressions partielles de trains en bout de ligne. Option avalisée par le conseil régional. De ce fait la navette des neiges en provenance du champs du feu donne correspondance sur un train supprimé !

Nos élus, si prompt à dénoncer la prise en otage des usagers par les syndicats utilisent les mêmes moyens pour faire quelques économies.

Tout cela serait risible si les usagers n'avaient pas à subir les conséquences désastreuses de ces prises de décisions irresponsables.

En effet, ces décideurs ignorent-ils que de nombreuses personnes travaillent encore ou on besoin de se déplacer durant cette période ou la circulation routière risque d'être difficile en cas de chutes de neige. Supprimer des trains dans cette période est un non sens. Si des économies doivent être réalisées, que le conseil régional regarde sur les financements qui ne sont pas de sa compétence.

Bruche Piémont Rail demande, à nouveau, l'abrogation de ces mesures et pour l'avenir, la mise en œuvre d'une véritable concertation sur ces aménagements.

Association Bruche Piémont Rail