Bulletin n°7 - décembre 2004

EDITORIAL
Il y a un an, nous nous faisions l'écho de préoccupations certaines sur les projets, les matériels et les infrastructures au niveau de l'étoile ferroviaire de Molsheim (Piémont vers Sélestat et Vallée de la bruche vers Schirmeck-Saales).
Il est temps maintenant de faire le point.

Ainsi le projet Tram-train, comme nous le suspections alors, est repoussé aux calendes grecques, ceci parce que l'Etat se désengage du financement des transports collectifs interurbains.
Seule la liaison Entzheim-Strasbourg sera réalisée rapidement. Cependant les collectivités territoriales (Région, Département) ont décidé de prendre le relais, en prévision de la mise en place de ce Tram-Train qui se fera bien un jour, mais aussi parce les besoins ne peuvent plus attendre.

Au dernier Comité des Transports du 1er Octobre, il a ainsi été annoncé que l'Etoile Ferroviaire de Molsheim va connaître un accroissement substantiel de ses fréquences dans les trois ans qui viennent, notamment aux heures creuses et le soir.
Cela donnera une desserte continue de 05h30 à 23h30, avec des cadencements au quart d'heure sur Molsheim et à la demi-heure sur Schirmeck et le Piémont aux heures de pointe, et à l'heure sur le reste de la journée.

Si l'on peut donner acte aux Collectivités Territoriales, et notamment à la Région, de cette volonté politique pour développer son réseau régional (TER), quels que soient les aléas conjoncturels, il nous faut constater ce nouveau désengagement de l'Etat par disette financière.

Au-jourd'hui il ne semble plus se préoccuper, et encore, que des grands axes (Paris-Strasbourg TGV), alors que c'est à lui d'impulser les politiques d'économies d'énergie, de respect de l'environnement et d'aménagement du territoire qui transcendent les territoires.

Dans ce développement attendu de l'Etoile Ferroviaire de Molsheim, deux points nous soucient cependant :

  • d'une part le passage à niveau de Molsheim n'est toujours pas pris en compte, quoique sa suppression soit actée comme prioritaire dans un programme régional de résorption des passages à niveau dangereux.
  • D'autre part, on fait toujours l'impasse sur des investissements d'infrastructure nécessaires, notamment sur la Moyenne Vallée de la Bruche entre Molsheim et Schirmeck.


Il nous apparaît que le développement prévu va générer des tensions dans le respect des horaires si une modernisation des blocs de cantonnement (succession des trains) n'est pas mise en place pour permettre une meilleure fluidité du trafic.

Terminons par deux projets qui nous ont tenu à cœur ces dernières années et pour lesquels les choses évoluent positivement :
La réactivation du croisement de Saint Blaise prévue pour Décembre 2005 qui va enfin améliorer le transport des scolaires au delà de Rothau jusqu'à Molsheim, ainsi qu'une meilleure desserte des gares de la Haute Vallée de la Bruche.
Il faut s'en réjouir pour la Haute Vallée de la Bruche dont les accès à Strasbourg et à Saint-Dié, deux gares où le TGV va arriver prochainement, seront facilités.
Ce projet sur la Haute-Vallée doit s'accompagner pour être viable d'un rabattement des villages excentrés sur les gares.
Nous y veillerons ! La refonte complète de la grille du week-end (Samedi et Dimanche) doit prendre en compte sa spécificité (travail, études et loisirs) avec de meilleures correspondances avec le TER et les Grandes Lignes.
Nous avons accepté de piloter le groupe de propositions sur cette nouvelle grille du WE en souhaitant que celle-ci conduise à un nouveau développement sur nos deux axes.

Je voudrais conclure en soulignant combien cette activité montre que notre association est reconnue comme un partenaire indispensable au développement d'une offre ferroviaire de qualité, et de ce fait sollicitée dans des « commissions de travail » de plus en plus nombreuses.
Nous essayons d'y être présents le plus possible pour faire entendre la voix des usagers.
Cette forte implication traduit une réelle qualité de dialogue avec nos partenaires institutionnels (Comité des Transports, SNCF, Région, ...).
Cependant la contrepartie de cette forte demande « institutionnelle » nécessite un investissement important, si l'on veut par ailleurs rester toujours attentif aux préoccupations des usagers.

C'est donc par un appel à la mobilisation et à l'adhésion que je terminerai :
toutes les bonnes volontés sont les bienvenues si nous voulons tenir les deux bouts de la chaîne par laquelle nous pouvons être utiles à nos concitoyens usagers : peser dans les décisions de développement du rail, mais aussi rester attentifs aux demandes et aux problèmes quotidiens.

F. LE NORMAND




CHANGEMENT DE SERVICE DU 12 DECEMBRE 2004
Dorénavant, il n'y aura plus qu'un seul changement d'horaire annuel à la place des horaires d'été et d'hiver auparavant. Celui-ci aura lieu en décembre. Pour cette année, il n' y a pas de grosses modifications. Seuls quelques trains de la vallée de la Bruche auront leurs horaires modifiés pour assurer une meilleure correspondance à Strasbourg.


DESSERTE DE LA HAUTE BRUCHE : SUITE...
Grâce à l'action de Bruche Piémont Rail, les dessertes ferroviaires de la ligne de la Bruche et du Piémont ont été considérablement améliorées. Cela s'est traduit par une augmentation de la fréquentation. Il reste cependant encore beaucoup à faire pour satisfaire les besoins des usagers notamment pour la desserte de la haute vallée de la Bruche.
Suite à l'insistance de B.P.R. une étude a été réalisée et a confirmé le bien-fondé des demandes de notre association. Cette étude a été suivie d'un projet SNCF qui pour B.P.R. n'était pas satisfaisant.
Nous avons donc proposé un contre-projet soutenu par la Communauté des Communes de la Haute Bruche et de son président qui a fait l'unanimité des décideurs de la SNCF et du Conseil Régional.
Dans un premier temps :

  • La gare de croisement de St Blaise la Roche devrait être réactivée et modernisée.
  • L'origine du train scolaire partant de Rothau à 7h06 serait reportée à Saâles avec une correspondance de St Dié.
  • Les arrêts dans les gares intermédiaires seront réaménagés afin d'offrir plus de possibilités de déplacement.

La réalisation des travaux est prévue en 2005 pour mise en service au changement de service de décembre 2005 au plus tard.
En parallèle, le Conseil Général du Bas-Rhin devrait mettre en place un service routier de rabattement sur les différentes gares (lignes régulières et transports à la demande).
La conseillère générale du canton de Saâles est chargée de suivre le dossier.
Par ailleurs, cette pre-mière étape devrait permettre à terme d'améliorer la desserte en train de la Haute Bruche par le prolongement de certains trains de Rothau à Saâles voire St-Dié.
N'oublions pas qu'en 2007 Strasbourg et St-Dié seront desservis par le TGV-Est.
Il reste deux points sur lesquels nous souhaiterions progresser :

  • La tarification : La mise en place de ce plan ambitieux de revitalisation devrait mériter une attention particulière au niveau de la tarification. Nous proposons de mettre en place une tarification de zone, et non la tarification kilométrique habituelle, qui est seule à même de prendre en compte simplement l'intermodalité route-rail.
  • La billetterie : un guichet de vente de billets (SNCF + Bus) devrait être ouvert sur la Haute Vallée de la Bruche. Rappelons que nous proposons que chaque canton sillonnée significativement par le train devrait pouvoir disposer d'au moins un guichet accessible au public. On en est loin aujourd'hui puisque seuls des guichets existent à Schirmeck, Molsheim, Obernai, Mutzig (un peu). Cela concerne donc le canton de Saâles, mais aussi les cantons de Barr et de Rosheim.
Hervé BRIGN




HORAIRES DES SAMEDIS - DIMANCHES ET FETES
Le Conseil Régional souhaite une réflexion sur les horaires des week-end. Un groupe de travail a été mis en place pour faire des propositions.
Bruche-Piémont-Rail participe à ces travaux. Plusieurs réunions ont déjà débouché sur des propositions concrètes. Le groupe de travail devra rendre ses conclusions courant avril 2005.
Si vous avez des propositions ou des observations à formuler, n'hésitez pas à nous contacter.

 

DU NOUVEAU A EPFIG!

gareepfigLe bâtiment de l'ancienne gare, longtemps un grand souci pour BPR, est en court de rénovation.
De son coté, la Municipalité va aménager la place de la gare et son accès. Cela va permettre aux usagers de retrouver un cadre plus sympathique.
Et pourquoi pas, à l'instar de Bischoffsheim, une borne R.I.S (Relais-Information-Service) à cet emplacement? Les randonneurs et les voyageurs apprécieraient....

Jean Joseph RISCH




ABONNEMENT UNIQUE : NON AU RETOUR EN ARRIERE !
Alors que depuis plusieurs années la presse et les élus nous parlaient de la mise en place d'un système unique d'abonnement de type Carte Orange, pendant l'été la CTS A mis en place sa carte BADGEO. Cette mise en place s'est effectuée de façon inadmissible et dans l'irrespect des usagers du transport (queue interminable, disfonctionnement nombreux...)
Par la mise en place de cette carte, la CTS impose aux usagers

  • une double validation de l'attestation de l'employeur.
  • une validation de la carte à chaque changement de trajet

Nous sommes intervenus au Comité de ligne du 1er Octobre pour dénoncer cet alourdissement de notre système d'abonnement et ces contrôles intempestifs.
Nous pensons que l'établissement d'un titre de transport unique doit s'effectuer en un point unique:

  • Pour ceux qui prennent leur billet à la SNCF = validation au guichet SNCF.
  • Pour ceux qui prennent leur billet à la CTS = validation au guichet CTS

La SNCF et la CTS doivent se concerter pour supprimer cette double validation. Ce début de remise en cause de notre billet unique devrait inciter sans tarder les collectivités locales et les élus, avec les associations, à se mettre autour d'une table pour travailler à l'élaboration du système de Carte Orange.

Joël ALLAIN