Bulletin n°6 - novembre 2003

Editorial

Si l'on en croit les Dernières Nouvelles d'Alsace dans deux articles récent la régionalisation du train cela marche. La réalité sur l'Etoile Ferroviaire de Molsheim (Strasbourg- Vallée de la Bruche et Strasbourg-Piémont des Vosges) est plus complexe.
Oui, et grâce à la pression des usagers, un changement d'attitude très clair a pu être noté et une dynamique a pu être enclenchée.
Oui, il a été possible de remplir la grille horaire en différentes étapes : pendant la semaine il y a quelques années, puis le Samedi et enfin aujourd'hui le Dimanche.

Nous ne boudons pas donc notre satisfaction de voir la grille se remplir et de voir l'affluence suivre, démentant ainsi tous les pronostics qui, il n'y a pas si longtemps, prédisaient la mort du rail régional.
Pour le 14 Décembre quelques modifications supplémentaires sont apportées qui sont détaillées plus loin dans ce journal. Mais la médaille a son revers. La grille horaire est tellement remplie qu'elle en est devenue rigide. Le moindre retard ou le moindre incident conduit alors à une désorganisation et à des retards souvent difficilement supportés par les usagers.

Pour continuer dans cette logique de développement, à vrai dire la seule raisonnable si l'on considère le développement résidentiel et économique de notre secteur et les impératifs environnementaux, nous interpellons depuis longtemps maintenant nos partenaires : SNCF, Région, pour qu'ils réalisent les investissements lourds nécessaires :
mise en place de blocs automatiques pour permettre les croisements de train et l'accélération des dessertes, matériels roulants plus performants.
Or nous sommes inquiets de ce coté là.
Pour qui regarde l'actualité nationale, ce n'est un secret pour personne que les financements publics se tarissent. C'est ainsi que l'Etat s'est cette année désengagé pour les investissements dans les projets de circulation urbaine. Cela nous touche ici plus particulièrement avec le projet Tram-Train dont le financement par l'Etat n'est plus assuré à l'heure actuelle.

En tout état de cause il prendra encore du retard et donc il ne faut pas espérer le voir avant 2010. C'est bien dommage, alors que les équipes techniques ont bien travaillé et la concertation préalable a été lancée ce Printemps. Le nouveau matériel roulant très performant (ATER ) tarde à être mis en place sur l'Etoile Ferroviaire et nous devons nous contenter de vieux matériels qui hélas souvent tombent en panne.
Raison de plus pour nous battre fermement, avec le souci des réalités, et avec votre appui.

F. L. N.
 

flayeureTRANS OUEST EXPRESS
Transsibérien, Trans-Europe-Express, on rêve de wagons cossus, de voyages élégants. A l'extrême Ouest de l'Alsace dans une vallée bordée de monts verts sombres, l'élégance de la ligne impose celle de tout ce qui l'entoure.

LES ACCES : qu'ils soient goudronnés éclairés, que les gares soient fleuries et sécurisées pour nous, pour nos écoliers, nos bicyclettes, qu'on y salue les taggeurs, ils se croiront des notables
et prendront goût aux bonnes manières - peut-être !

LES TRAINS : envoyez-nous les derniers sortis, les bleus, on s'y trouvera mieux s'il n'y a pas des miettes de croissant sur le siège.
Ils sont sans fumée on arrivera impeccable !

LES GUICHETS : « La carte orange a le feu vert »(DN du 27/09)
Nous voulons pouvoir l'acheter au plus près et découvrir les nouvelles offres tarifaires de séduction.

LES VOYAGEURS : des voyageurs élégants! Ce n'est plus aux costumes qu'ils se reconnaîtront. Les gros sacs du retour de weekend chez les parents, les grosses valises pour partir en cure ce ne sont pas des voyageurs. On les monte, on les case dans les espaces
vides, on peut même se faire aider. Quant aux collégiens hurleurs et sauteurs, ils doivent évoluer, tout s'apprend: les lycéens échangent des confidences, étudient ou se détendent.

Puisque le « TER ALSACE a un train d'avance » (DN du 27.09), poursuivons à pas de géant dans la direction de la qualité du voyage, des accès, des usages. Campagnes en milieu scolaire,
spots radio, télé régionale, affichage, évènements dans les trains ou sur les quais ? Avec les partenaires liés au TER, nous cherchons à développer un travail sur la qualité du voyage. (Contact :Bruche Piémont Rail)
E.R.


Les nouveautés au 14 Décembre 2003
- Créations

  • d'un train aller-retour omnibus (Strasbourg 07h21 - Molsheim 07h46 puis Molsheim 08h02 - Strasbourg 08h27), ceci afin d'accélérer les trains 31713 (Obernai 07h38 - Strasbourg- 08h12) et 31717 (Sélestat 07h24 - Strasbourg 08h31) par suppression de leurs arrêts entre Molsheim et Strasbourg.
  • d'un train Obernai 17h15 - Strasbourg 17h49


- Accélérations de 6 minutes du train 31706 (Strasbourg 07h35-Sélestat 08h41); de 2 minutes du train 31716 (Strasbourg 11h50 - Obernai 12h19) ; de 3 minutes du train 31725 (Sélestat 12h24 - Strasbourg - 13h28)

- Création d'un train 31750 (Strasbourg 16h00 - Obernai 16h27). Cette création comble partiellement le creux de grille actuel entre 15h00 et 16h42, mais nous aurions souhaité sa prolongation jusqu'à Sélestat. C'est une vieille demande de BPR qui est enfin satisfaite, mais à suivre... pour sa prolongation.

- Arrêt à Scherwiller du train 31730 (17h45), afin de permettre le retour des scolaires

- Remplacement

  • du bus (Strasbourg - Obernai) de 20h15 par un train ((Strasbourg 20h15 - Obernai 20h47). Ce train aura à Molsheim une correspondance à 20h40 pour un bus vers Rothau dans la vallée de la Bruche. C'est aussi une vieille demande de BPR qui est partiellement satisfaite.
  • du bus Obernai - Strasbourg par un train Obernai 20h56 - Strasbourg 21h20


- Retard du bus 30 380 (Strasbourg - 10h55) pour permettre aux lycéens de Barr de pouvoir l'emprunter.

H.B.



Desserte de la Haute Bruche : A quand le bout du tunnel ?
Depuis plusieurs années BPR ne cesse de demander une amélioration significative de la desserte de la Haute Bruche (de Rothau à Saales), à l'instar de ce qui a été fait sur la Moyenne Vallée (de Rothau jusqu'à Strasbourg). Actuellement il n'y a :

  • aucun train le matin aux heures de pointe de 06h16 jusqu'après 12h00 pour certaines gares,
  • un trou entre 06h16 et 08h00 pour les gares de Saales et Saint Blaise,
  • pas de train pour les scolaires se rendant à Molsheim (le train part de Rothau). Ce cas de figure anormal est unique dans le paysage ferroviaire alsacien.


La Communauté de Communes de la Haute Bruche a fait réaliser une coûteuse étude par un cabinet privé, dont les conclusions ont confirmé le bien fondé des demandes de BPR. Mais visiblement ni la SNCF, ni le Conseil Régional n'ont envie d'investir dans la Haute Bruche.

Un projet a minima nous a été remis pour étude par la SNCF. Celui-ci prévoit une prolongation à Saales d'un train au départ à 06h47 et à l'arrivée le soir à 19h42, ce qui résoudrait le probème des scolaires, mais il y a des contreparties négatives.
BPR va étudier soigneusement ce projet en consultant les usagers de la Haute-Bruche pour avoir leur avis.
H.B.


La ligne du Piémont (Sélestat - Strasbourg via Molsheim)
En parcourant une fiche horaire actuelle, on a du mal à croire que cette ligne ne comptait que 5 circulations par jour dans les années 1960-1970.
Menacée de fermeture au début des Années 1970, dans le prolongement de celle de Molsheim-Saverne, elle a connu une renaissance avec la création de 2 circulations supplémentaires semi-directes (une nouveauté, alors que les trains étaient tous omnibus entre Sélestat et Molsheim) au 01/10/1980.
Ce fut un véritable succès: la SNCF s'aperçut que, contrairement à la logique alors en usage, plus il y avait de trains, plus il y avait de potentiel voyageurs.
Tant et si bien que l'offre s'est continuellement améliorée depuis, il y a maintenant plus du triple de trains que dans un passé pas si éloigné.
S'y ajoutent les cars SNCF ainsi que les trains terminus Barr ou Obernai.
Néanmoins des lacunes restent à combler:

  • pour les dessertes de fin de soirée ( prolongation de la relation existante d'Obernai jusqu'à Barr?).
  • Le dimanche, l'offre laisse fort à désirer.


La saturation aux heures de pointe est liée au problème de voie unique.
La remise en état de la voie d'évitement de Dambach-la-Ville est plus que nécessaire, pour pouvoir effectuer des modifications.
Les gares de Scherwiller et d'Epfig, désaffectées et délabrées, ont besoin d'une urgente remise en état.
Voilà des projets que nous défendrons avec vigueur, pour le plus grand bien des usagers.

J.J.R.