Chemin de fer, chemin de croix

Molsheim - Saint-Blaise-la-Roche / Les défaillances de la SNCF

Chemin de fer, chemin de croix


6h25, gare de Saint-Blaise, les deux élus ont prévu de prendre le train jusqu'à Saâles pour discuter avec les usagers de leurs difficultés. Ils bavardent avec quelques personnes sur le quai lorsque le train s'ébranle, sans eux. Le chef de gare tente d'alerter le conducteur mais rien n'y fait. « Je ne lui avait pas donné le signal » soupire-t-il en montrant la lanterne rouge qu'il tient à la main. Le train s'en va, le député et la conseillère générale restent à quai. Pas très ravis.

« On a fait des signes au contrôleur »

 Direction les voitures pour rattraper le train deux gares plus haut à Bourg-Bruche. Là, stupéfaction : un groupe de lycéens est planté dans le froid. « Le train s'est bien arrêté », explique Barbara, élève au Lycée de La Providence à Saint-Dié « mais on n'a pas pu ouvrir les portes, elles étaient bloquées. On a fait des signes au contrôleur. Il nous a vu, n'a rien dit et le train s'est remis en route nous laissant là ». Barbara comme ses camarades se lève chaque matin vers 5h30 pour se rendre à son lycée déodatien, seul à proposer l'option photo qu'elle a choisie. Depuis près de deux mois et les nouveaux horaires, les jeunes sont contraints de quitter leurs couettes une demi-heure plus tôt pour espérer être à 8h en cours à Saint-Dié. Et ils doivent de surcroît poireauter une demi-heure à Saâles où ils changent de train.
 Une trentaine d'adolescents vivent ainsi cette galère chaque jour -auxquels s'ajoutent quelques adultes salariés dans les Vosges. Entre les retards, les pannes, les parents qu'il faut rappeler in extremis pour gagner Saâles, la coupe est pleine.
 « Parfois les trains ont une demi-heure de retard. Pour le retour, au départ de Saint-Dié, parfois des trains sont supprimés et l'on est pas avertis. Cet automne nous sommes une fois restés bloqués trois heures en pleine forêt dans la montée du col de Saâles parce que le train était en panne », raconte Barbara.

« Nous avons une pétition signée par 800 personnes »

 Et les difficultés sur cette partie de la ligne sont loin d'être les seules. Le 9 janvier, des passagers excédés par les retards à répétition ont bloqué la voie à hauteur de Rothau. Le train pour Strasbourg qu'ils prennent dans cette gare à 7h06 est très régulièrement en retard ou exceptionnellement à l'heure (DNA du 10 janvier)
 « Nous avons une pétition signée par 800 personnes du secteur », expliquent Alain Ferry et Alice Morel. Pour la conseillère générale tout cela est « d'autant plus désolant que des progrès avaient été faits, avec les navettes de bus » qui permettent aux habitants des communes isolées de gagner les gares.
 Alain Ferry est lui plus véhément « Je pense qu'il y a outre les problèmes techniques des difficultés avec le personnel notamment depuis la nouvelle grille de roulement qui a donné lieu à une grève des conducteurs. L'autre semble venir de la mise en place du nouveau po! ste d'aiguillage de Strasbourg et enfin on constate un manque d'information. »

Des engagements ont été pris

Pour tenter de sortir de l'impasse, le député a rencontré hier la directrice régionale de la SNCF, Marie-Pierre Meynard, le président du conseil régional Adrien Zeller et son directeur des services François Bouchard.
Des engagement ont été pris en vue de respecter au maximum les heures de départ des trains en gare de Strasbourg, tout particulièrement les matins et soirs. Une attention sera portée au matériel et l'information du public devrait s'améliorer. Le comité de Ligne que préside Alain Ferry présentera le détail de ces mesures en présence d'Adrien Zeller jeudi prochain, 1er février, lors d'une conférence de presse à la communauté de communes de Molsheim.

H.M.

© Dernières Nouvelles d'Alsace - 26.1.2007

Communiqué de presse

COMMUNIQUE DE PRESSE :

Suite aux propos tenus dans la presse, par les responsables de la SNCF, l’association Bruche Piémont Rail tient à rappeler, que les retards quotidiens constatés sur le train de 07h06 à Rothau, ne sont pas liés à la réouverture du croisement de St-Blaise la roche, mais à la mise en place du train à Strasbourg à 5h20.

Ces anomalies étaient prévisibles, nous avions alerté la SNCF et la région Alsace lors du comité de ligne du mois de Novembre.

L’action spontanée des usagers en gare de Rothau, le mardi 9 Janvier, est l’expression compréhensible du ras-le-bol général lié à la détérioration de ce service dû aux usagers.  

 Association Bruche Piémont Rail

Des voyageurs excédés bloquent le train

Article paru dans les DNA du 10 janvier 2007 

 

Région - Rothau / Une fois de plus, le TER de 7 h 06 était en retard

Des voyageurs excédés bloquent le train


Excédés par les retards à répétition du train qu'ils prennent tous les jours pour se rendre à Strasbourg, des voyageurs ont bloqué la voie ferrée hier matin en gare de Rothau.

 Une fois de plus, le train express régional de 7 h 06 devant amener les usagers à Strasbourg à 8 h 03 avait plus d'un quart d'heure de retard à Rothau. « Il a été à l'heure un seul jour, le mardi 2 janvier, précise Gilberte Bischoff, qui a pris l'initiative, au bout d'un quart d'attente, d'occuper le passage traversant les voies.

«Pour de bon»


 Par mesure de précaution, la SNCF a arrêté le train (en retard de 20 minutes) en amont de la gare. La manifestation d'une dizaine de personnes a duré plus d'une heure, jusqu'à ce qu'elles aient l'assurance d'être reçues le matin même par la direction régionale de la SNCF. Les gendarmes étaient sur place.
 « On s'est dit, on va l'arrêter pour de bon pour que l'information remonte », explique Gilberte Bischoff. Une délégation de six usagers a ainsi été reçue par Dominique Devin, directeur des TER. Le train arrive régulièrement avec une demi-heure de retard à Strasbourg, avec toutes les conséquences! pour les salariés, les étudiants et les élèves.
 A la SNCF, on reconnaît que ce train cause des soucis. « Il concentre différents problèmes à la fois techniques et externes, » précise la direction. Le problème se situe notamment au dispositif de croisement de train de Saint-Blaise, récemment inauguré.
 Dans la vallée de la Bruche, les élus partagent l'exaspération des usagers. Ainsi le député Alain Ferry, président du comité de ligne, se dit « fou furieux après la SNCF ». « A Rothau, les gens ont en ras-le-bol des retards intempestifs. Le train a du retard tous les jours. Et certains jour, il est supprimé. C'est inadmissible. A cause du train, des jeunes de Wisches n'ont pas pu aller en cours lundi, l'un à Saverne, l'autre à Eschau ».
 Il se propose de faire une réunion entre la SNCF, la Région et le comité de ligne, pour connaître la cause du problème.

«Fonds de vallées oubliés»


 Jean Vogel, maire de Saâles, est lui aussi en colè! re. «Depuis le début, ce train est en retard ! Pourtant ça fait des années qu'on l'attendait. Les gens mettent deux heures pour descendre à Strasbourg et deux heures pour remonter. Bientôt, il sera plus facile d'aller bosser à Paris qu'à Strasbourg  ».
 « J'ai l'impression que la Région est la vache à lait de la SNCF : c'est elle qui finance ! Il faudrait que la SNCF paye des amendes chaque fois que les trains sont en retard. Ça ne peut plus durer.  »
 « Le grand problème, c'est que la SNCF consacre toute son énergie aux grands chantiers et que les fonds de vallée sont complètement oubliés  ». Il a envoyé un courrier à la direction de la SNCF et a proposé à ses collègues de la haute vallée de la Bruche d'en faire de même.

Hubert Birringer

© Dernières Nouvelles d'Alsace - 10.1.2007