Satisfactions et inquiétudes

(article paru dans les DNA du 12 décembre 2004)

SAALES_DNASatisfactions et inquiétudes ont marqué l'assemblée générale de « Bruche-Piémont-Rail », vendredi soir à Saint-Blaise-la-Roche. Une localité, et plus spécialement sa gare, directement concernée par l'amélioration de la desserte ferroviaire de la Haute Vallée de la Bruche, entre Rothau et Saâles.

Le président de l'association, François Le Normand, s'est, dès le début de la réunion, lancé dans le vif du sujet. Avec tout d'abord le point sur le tram-train qu'il considère être« Repoussé aux calendes grecques, parce que l'État se désengage du financement des transports collectifs ». Les collectivités territoriales certes ont pris le relais en prévision de la mise en place de ce tram-train « qui se fera bien un jour parce que les besoins ne peuvent plus se faire attendre ».


Parmi les inquiétudes de l'association, François Le Normand a évoqué l'accroissement des fréquences dans les trois ans qui viennent pour l'étoile ferroviaire de Molsheim. « Cela donnera une desserte continue de 5 h 30 à 23 h 30 avec des cadencements au quart d'heure sur Molsheim et à la demi-heure sur Schirmeck et le Piémont aux heures de pointe, et à l'heure sur le reste de la journée », disait le président. Dans ce développement attendu de l'étoile ferroviaire de Molsheim, deux points soucient Bruche-Piémont-Rail : d'une part le passage à niveau de Molsheim qui n'est toujours pas pris en compte « quoique sa suppression soit actée comme prioritaire dans un programme régional de résorption des passages à niveau dangereux ».

D'autre part, le président regrette que l'on fait toujours l'impasse sur des infrastructure nécessaires, notamment sur la moyenne vallée de la Bruche entre Molsheim et Schirmeck. Mais il dit également ses satisfactions.
Tout d'abord la réactivation du croisement de Saint-Blaise prévue pour décembre 2005, « ce qui va enfin améliorer le transport des scolaires au delà de Rothau jusqu'à Molsheim ainsi qu'une meilleure desserte de nos gares ». Ajoutant encore qu'« il faut s'en réjouir pour la haute vallée de la Bruche dont les accès à Strasbourg et à Saint-Dié où le TGV va arriver prochainement, seront facilités ».

Autre satisfaction, la refonte complète de la grille du week-end qui doit prendre en compte les spécificités travail, études et loisirs, avec de meilleures correspondances avec le TER et les grandes lignes.
Alain Ferry, Frédéric Bierry, Alice Morel, Pierre Grandadam et les maires de la région, n'ont pas manqué, eux aussi, de faire part de leur satisfaction de l'avancée de ces dossiers, tout en espérant notamment que le croisement de Saint-Blaise-la-Roche soit effectif à la fin de l'année prochaine.
Pour enfin, donner un nouveau souffle à ce fond de vallée de la Bruche qui en a bien besoin.

© Dernières Nouvelles d'Alsace  - Dim 12 déc. 2004